Illuminations en lettre et en couleurs : récit d’un vernissage

Lorsque l’on s’engage dans la rue du Faubourg-Saint-Antoine, en venant de Bastille, l’œil est tant entouré des devantures aguicheuses et trop familières des chaînes de magasin, de restaurant et des affiches publicitaires récidivistes que l’on vient à peine de quitter au sortir du métropolitain, que, bien involontairement happé par celles-ci, on en viendrait presque à manquer, aux alentours du numéro 77, ce qui ressemble bien à une pause dans ce paradigme urbain. Il y a là un passage vers une cour intérieure verdoyante qui nous guide tout droit à la galerie des éditions Autrement. Une maison d’édition sympathique, bientôt quadragénaire, spécialisée en sciences humaines, qui fait la part belle aux penseurs qui construisent des bases plus saines pour l’avenir. Une maison qui accueille régulièrement des expositions et des maisons d’édition amies.

Dernièrement, c’est la maison Æncrages & Co qui a bénéficié pour une semaine de la galerie pour exposer ses œuvres, ses affiches, ses créations graphiques, ses éditions poétiques, ses impressions typographiques. Le 25 novembre avait lieu le vernissage. Au programme, une découverte du procédé typographique, une découverte d’œuvres peu communes, deux lectures d’auteur, en présence des éditeurs, une ambiance chaleureuse et un verre de vin. La chance de bénéficier d’une vraie pause dans un décor différent.

Et l’occasion pour cette maison spécialisée poésie trop peu connue de prouver trois choses : 1. la poésie peut encore être belle ; 2. la poésie peut être drôle ; 3. avec la naissance de l’impression typographique, Gutenberg signait l’invention du style, et un procédé d’impression auquel chacun a pu se prêter grâce à une petite presse à disposition destinée à serrer soi-même sa carte d’invitation.

affiche-gp

Détail d’une affiche d’insultes de bande dessinée

pharefeuillus

Détail d’une affiche de mots que l’on devrait utiliser plus souvent

Trois paris gagnés, ce qui n’est pas peu pour cette maison qui, il y a quelque six ans, a réalisé le pari plus fou encore de renaître littéralement de ses cendres après l’incendie de ses locaux. On a pu croire alors que c’était la fin d’une maison d’édition intransigeante sur la qualité de ses publications, et la fin d’une des dernières maisons à faire encore vivre les presses typographiques françaises, quand le tout-venant de l’édition est passé à l’offset, à la Cameron de Chine, à la flexographie de best-seller.

Ce n’est sans doute pas pour rien que la galerie a fait salle comble ce 25 novembre : depuis 35 ans, Æncrages & Co invite à regarder ailleurs et à lire différemment. Une invitation au voyage sans cesse renouvelée, courageusement, année après année, et qui sait toucher les esprits en éveil.

Au Japon, on dit qu’une seule graine d’illumination semée peut convertir cent personnes, et que cent cœurs convertis peuvent sauver dix millions d’âmes. Un dit qui témoigne d’une bien grande foi en l’homme. Quoi qu’il en soit, le 25 novembre, plus d’un cœur ont été touchés.

John Perpetua

petit-Exposition-en-cours-de-montage

Publicités

Poster un commentaire tindesque

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s