Lettre de refus à Saint Jean l’Évangéliste

Tind éditions
xx, rue Saint-Honoré
75001 Paris

Objet : manuscrit n°21122012

Monsieur,

Vous avez bien voulu nous soumettre votre manuscrit « L’APOCALYPSE » et nous vous en remercions. Notre comité de lecture en a pris connaissance avec attention.

Tâchant de surfer sur une vague apparemment intarissable dont, il est vrai, raffole notre société pétrie de prophéties Maya et de films catastrophe (Armageddon, 2012, World War Z, Kaboom, etc.), vous livrez un récit au style peu commun : une fiction apocalyptique arborant un ton prophétique.

Le titre choisi est, on ne peut le nier, des plus efficaces. On peut s’étonner d’ailleurs qu’il n’ait pas déjà été pris.

Fidèle au genre, vous annoncez une destruction du monde imminente avec une fin conforme aux canons attendus : les tourments pour les méchants, le repos mérité pour les gentils. Manichéen, mais il y a des choses qu’on ne change pas.

Hélas, on ne demanderait qu’à y croire, mais pas une seconde votre mayonnaise ne prend. Il est dans un premier temps risqué de s’attaquer à un genre battu et rebattu en brèche, qui commence à s’essouffler (rappelons que nous sommes en 2013). D’ailleurs pour croire à votre prose, encore faudrait-il la comprendre. La grande pompe de votre écriture hermétique sent le réchauffé de Nostradamus et Thomas d’Aquin, deux gloseurs abstrus qui ont fait leur temps et que personne ne lit plus guère. Pour ne pas égarer votre lecteur, vous avez pris à cœur de soigneusement baliser votre récit et de le découper en courts chapitres, à la manière d’un Dan Brown peut-être ou d’un R. L. Stine, dont on suppute que vous avez été un ardent lecteur dans votre jeunesse. On sent l’artifice de ce procédé destiné à donner du rythme et qui ici tombe à plat. Vous n’avez pas de héros, pas d’histoire claire, pas de fil conducteur, ni lieu ni temps : juste un agneau qui ouvre des sceaux qui sont autant de boîtes de Pandore.

Quant à toutes les catastrophes que vous prophétisez – arrivée de bêtes ineffables annoncée par le clairon de sept trompettes, après l’ouverture de sept sceaux, le tout sous le regard de cet agneau aux intentions douteuses dont on ne sait trop de quoi il peut être le symbole –, autant dire qu’on assiste à la rencontre improbable de Lovecraft et d’Alastair Crowley, de Supernatural et de R.I.P.D. Brigade Fantôme.

Monsieur L’évangeliste, comme vous, nous aimons les produits de la culture populaire, mais avec modération. S’en nourrir à l’exclusion de toute autre ne suffira pas pour produire les mythes de demain, si telle est votre ambition. Vous avez un véritable talent qui ne demande qu’à se déployer. Affinez votre style, votre art de la narration. Sans talent narratif, l’histoire n’est rien. Cessez également de piocher un peu partout pour enrichir votre roman : piochez parcimonieusement, et de préférence pas dans les corbeilles à papier des faux écrivains. Accrochez-vous à deux ou trois éléments essentiels, et prenez la peine d’enrichir ensuite votre récit de nouveaux éléments, une fois votre structure bien assise.

Et une dernière chose : changez de nom de plume. Cessons d’accabler le monde de notre lourdeur, cela nous perdra.

Meilleurs sentiments.

Le comité de lecture des éditions Tind

P.S. : si vous souhaitez récupérer votre manuscrit, ayez bien l’obligeance de nous faire parvenir une enveloppe affranchie au tarif en vigueur et libellée à votre adresse. Passé le délai d’un mois l’envoi de ce courrier, nous serons contraints de procéder à la destruction du manuscrit.

Publicités

Poster un commentaire tindesque

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s