Derrière chaque héros un homme – Calvin et Hobbes !

Avez-vous déjà imaginé la vie que peuvent mener nos héros de bandes dessinées lorsqu’ils ne sont pas occupés à mettre des mandales à des grands méchants ? Non ? Tind s’est posé la question pour vous et a décidé de mener une série d’interviews avec les plus grands noms du neuvième art afin de découvrir leurs occupations quotidiennes. Merci aux héros d’avoir pris le temps de nous répondre ! Notre second invité est en fait double. J’ai l’honneur d’introduire : Calvin et Hobbes ! Mais avant de leur laisser la parole, voici une rapide rétrospective.

Calvin et Hobbes ou l'amitié.

Calvin et Hobbes ou l’amitié.

Calvin a aujourd’hui 33 ans et est bien loin de l’image du petit garçon intrépide que nous avons. Mais avant de l’interviewer, il faut vous souvenir de comment il était. Toujours à construire des bonhommes de neige en train de décéder, à voir Godzilla détruire le monde et à voyager dans des espaces interstellaires. Calvin connaît un tigre intelligemment nommé Hobbes, qui est bien réel. Aussi réel que vous et moi mais, les adultes étant souvent un peu bouchés, ils pensent que c’est une peluche. Bref. Hobbes accompagne Calvin dans la plupart de ses aventures (comprendre grosses bêtises) et tente parfois de le raisonner. Sans y arriver. Les deux compères tentent de survivre dans le monde inhospitalier qu’est notre planète Terre et s’en sortent plutôt bien. En 1995, leur biographe a rendu les armes et ils sont retournés à l’anonymat. Ils acceptent d’en sortir aujourd’hui pour vous ! Nous nous sommes rencontrés en haut d’une petite colline boisée qu’ils affectionnent particulièrement.

Il y a 20 ans.

Il y a 27 ans.

• Tind : Calvin, Hobbes, merci de nous recevoir aujourd’hui pour cette interview !
Calvin : Salut.
Hobbes : Pas de problèmes. C’est un plaisir pour nous.

• Vous vous en doutez, Tind apprécie énormément votre biographie par M. Watterson. Mais voilà, nous n’avons plus de nouvelles depuis presque 20 ans maintenant. Et nous nous demandions ce que vous étiez devenus.
C. : Vous savez Bill, au bout de dix ans, nous a dit qu’il n’en pouvait plus. Un strip par jour et une planche couleur par semaine, c’est épuisant comme rythme. C’est un grand homme, sans lui je ne serais pas ce que je suis devenu. Du moins probablement pas dans cet univers, en tout cas.
H. : Exactement. C’est un peu lui qui m’a donné la vie. Avant je n’étais qu’un tigre banal, je mangeais des poules, faisait de la luge et dormais au coin du feu. Rien de bien extraordinaire. C’est lui qui nous a fait découvrir la magie présente dans ce monde. Il m’a aussi fait découvrir les glaces à la tomate. (Mais c’est une autre histoire.) Pour en revenir à l’arrêt de notre biographie, je dois reconnaître qu’avoir une vie publique était assez difficile à gérer au bout d’un moment. Nous avons tous été d’accord pour retomber dans l’anonymat et prendre du temps pour nous.

• Qu’avez-vous fait après cela ?
C. : Nous nous sommes séparés pendant un moment avec Hobbes. Nos vies étaient devenues exclusives et nous ne pouvions voir quasiment personne d’autre. Nous avons pris des appartements séparés pendant un an afin que nous nous ressourcions un peu. Que je puisse vivre une histoire moins conflictuelle avec Susie. Au bout d’un an, cela allait mieux et nous avons pu recommencer à bâtir des plans sur la comète.
H. : La comète Alpha du secteur Z42. Extrêmement accueillante et intéressante pour les différentes formes de vie qu’elle abrite.

• Vous avez été dans l’espace ?!
C. : Mais nous y allions déjà régulièrement avant ! J’ai découvert que l’univers était infini assez rapidement et j’ai plusieurs fois traversé le ciel. Mais je voulais plus que ça. Mon transmogrifeur (NdR : machine permettant de changer d’apparence), ma machine à remonter le temps, mon duplicateur, et mon ethicator (NdR : machine qui clone en personnage positif) étaient trop basiques pour ce que je voulais faire. Une boîte en carton ne pouvait me faire voyager à travers l’espace et le temps. Avec Hobbes, nous avons inventé le Tardis. Nous l’avons prêté à un copain depuis 2005. Il l’utilise d’une façon qui nous convient. Il lui donne une seconde vie.

Le duplicator.

Le duplicator.

H. : Le Docteur est un mec bien. Un peu étrange, mais bien. Nous l’avons justement rencontré dans l’espace dans un de nos voyages. Il était un peu perdu. Encore une histoire de guerre interstellaires. Les humains sont fous mais les autres peuples aussi. Laissez-moi vous le dire !

Doctor Who… Vous êtes plein de surprises ! Et Susie dans tout ça ?
H : Ah ! Susie ! Nous avons bien failli nous taper dessus plus d’une fois à cause d’elle ! Calvin est plutôt romantique au fond. Même s’il ne l’avoue pas. Et il en pinçait pour Susie depuis un bout de temps. Je dois reconnaître mes tords. Je ne voulais pas d’elle dans notre relation avec Calvin. Malgré tout, je l’appréciais ! Après que nous nous soyons séparés j’ai eu du temps pour réfléchir et j’ai compris qu’il fallait que Calvin puisse mener sa vie d’homme. Passer une vie entière avec un tigre ? Cela peut être dangereux. D’ailleurs, il y a eu un film sur un de mes copains et cela a bien failli mal tourner. (NdR : L’Odyssée de Pi.)
C : Eh oui. Qui l’eût cru ? J’ai fini par tomber très amoureux d’elle. Bien sûr, j’ai mis quelques années à me faire pardonner toutes les crasses que nous avions pu lui faire quand nous étions plus jeunes. Finalement, cela a bien tourné. Nous sommes très heureux. Mais je crois qu’elle n’aimerait pas que je parle de notre vie privée comme cela, et vu qu’elle me fait un peu peur quand elle s’énerve, je vais m’abstenir si vous le voulez bien.

Aucun problème. Nous comprenons bien. Du coup vous occupez vos journées à voyager dans l’espace depuis une vingtaine d’années maintenant ?
H. : Oula ! Non ! Pas uniquement ! J’aime bien trop faire la sieste pour ça. Et la neige. Vous saviez qu’il y a un manque dramatique de neige sur les autres planètes de l’univers ? C’est terrible. De même les sofas sont très peu répandus. Heureusement que la Terre existe. Je ne voyage que six mois par an. Le reste du temps, je vois des copains, je dors, je me bas avec Calvin et Susie et je fais de la luge. Puis nous devons rendre visite aux parents de Calvin de temps en temps. Ils sont toujours contents de nous voir.
C. : C’est également assez surprenant comme état de fait. Vu ce que nous leur avons fait subir… Mom se fait un malin plaisir à m’appeler de temps à autre vers trois/quatre heures du matin pour me poser quelques questions existentielles. J’imagine que c’est de bonne guerre. En retour je lui envoie toujours quelques plats extra-terrestres qu’elle doit probablement jeter. Du moins je l’espère… Mais effectivement je ne voyage pas non plus constamment. Tout d’abord pour Susie et puis parce que j’aime avoir mes petites activités. Je suis finalement devenu professeur de physique quantique. Un travail assez plaisant.

Vous avez l’air assez occupés comme ça en effet. Nous nous en voudrions de prendre encore plus de votre temps. Merci beaucoup !
H. : Si vous êtes dans le coin venez nous voir. Et faites attention demain.
C. : Encore une invasion extra-terrestre qui se prépare. À bientôt !

Propos retranscris par Cooper

Publicités

Poster un commentaire tindesque

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s